Français, expatrié à Hong Kong, auteur de la série : Hégémonie Galactique.

Playlist pour Hégémonie Galactique, tome 1 : Naissance d’une Valkyrie

Playlist pour Hégémonie Galactique, tome 1 : Naissance d’une Valkyrie
Playlist pour HG1

J’écris toujours en écoutant de la musique, aussi je vous propose une série de morceaux pour accompagner votre lecture. Je vous conseille d’écouter chaque morceau en boucle, jusqu’au passage suivant. Vous trouverez dans certaines versions de mon roman les QR codes pour une écoute directe, à l’aide d’un compte Spotify.

Si vous préférez acheter les albums ou les morceaux pour une écoute hors-ligne (iTunes, cd, etc…), voici la liste complète des morceaux. La présentation des morceaux se fait comme suit : Chapitre – Album ou Artiste – Numéro de Piste Titre.

Pour les versions de mon roman qui n’avaient pas encore de QR codes pour la musique, je vous donne les indications nécessaires pour savoir où changer de musique dans les chapitres avec un extrait du roman et le symbole . Les chapitres qui n’ont qu’une seule musique utilisent la même musique tout le long du chapitre. Les chapitres ayant plusieurs musiques commencent leur partie 1 (premier morceau) dès le début du chapitre.

Bonne lecture en musique !

De son côté Katarina semblait déjà s’être endormie. Tanya se détendait et profitait du massage, quand environ 30 secondes plus tard elle entendit un bruit lointain, étouffé, mais qui la fit sursauter tout de même. Elle fut la seule à l’entendre dans la pièce.

Des tirs étouffés par un silencieux !!! (T.P) 

♫ Lorsqu’elles descendirent de la coupée, le Major Julius Patrova-Zantovich et le Colonel Ivan Patrova les attendaient avec le sourire, le corps bien droit, dans un salut impeccable, flanqués de plusieurs robots de sécurité.

—C’est clair… Dans ces cas là, c’est une vraie bénédiction d’être une machine. Allez, on y va, répondit Tanya, en s’installant au poste de pilotage, pleine d’entrain, tandis que le coffre arrière se refermait dans un silence total. ♫

—Merci, ça me touche beaucoup. C’est important de sentir qu’on est apprécié. Voilà, on sort de l’autoroute. Le point le plus haut et tactiquement avantageux est ce pont, là-bas, S3 montrant à Tanya l’emplacement sur le pare-brise, en mode holographique. “Tu seras perchée tout en haut.” Dit S3, en prenant un virage serré avant de ralentir pour chercher à se garer. ♫

—Houla, OK, OK… La vieille femme repartit dans le sens opposé, d’un pas rageur et en bougonnant. ♫

—CESSE DE M’ANALYSER ! Et mets-moi de la musique, quelque chose de calme, de doux, mais joyeux. Rien de triste, merci. (T.P) ♫

—Une navette nous attend sur le toit. (O.P) ♫

♫ Le Patriarche pianota sur son interface palmaire. Quelques secondes plus tard, des robots amenaient deux prisons portatives à champ de force ainsi qu’un caisson d’exécution, grand cylindre oblong fait de métal et de verre. Les deux prisons et le caisson d’exécution étaient tous trois montés sur des propulseurs antigravité.

—Tout de suite, ma chérie. Gardes, sortez tout ça et mettez-les dans l’entrepôt, puis restez en alerte. (V.P) ♫

♫ Ils sortirent du magasin d’Akim et marchèrent en direction d’une boutique à l’éclairage tape-à-l’œil. Sur le fronton une grande enseigne éclairée annonçait : Le BennyBazar. Il ne s’agissait même pas d’un écran ou d’un hologramme, mais bien d’un système de néon antédiluvien. Sur le chemin, Katarina remercia Orianna, très touchée par son geste.

—(Bien joué, Capitaine. Affirmatif.) (A.P.Z) ♫

—Oui, je le crois aussi… Que veux-tu faire avant ce soir ? Nous pourrions… aller chez moi, proposa Katarina, d’un ton équivoque.

—Pourquoi pas… Mais avant ça… Oh, excuse-moi… demanda Tanya, en consultant son intercom qui venait de vibrer ; S3 demandait une transmission prioritaire. ♫

—J’ai connu mieux, mais je suis encore relativement fonctionnel… (S3) ♫

—Parfait. Maintenant j’aimerais qu’on prenne le temps d’étudier les plans du Palais des Congrès. Je les ai ici, expliqua Georges, en affichant ceux-ci à l’aide de son bracelet-montre, en mode holographique. ♫

♫ Pendant qu’elles se préparaient chacune de leur côté, Georges fit le tour du reste de l’appartement, observant la configuration des lieux, Clive sur les talons. Il nota bien l’épaisseur des vitres en polycarbonate et la présence quasi certaine d’un bouclier d’énergie externe. Georges sentait que le robot épiait ses moindres gestes.

♫ Pendant ce temps, dans un hangar désaffecté du 19ème district, Darvag s’apprêtait à donner le signal du départ. Le vaisseau de retransmission holographique était fin prêt, tous les voyants étaient au vert et tout avait été vérifié plusieurs fois. Ils avaient dû redoubler d’efforts pour donner à la peinture neuve l’aspect d’une coque marquée par des années de service. Les traitements chimiques empestaient encore le hangar et chacun portait son masque respiratoire.

Sacré show, ça va faire la une partout dans la galaxie ! Bien joué, Père, se dit Tanya pour elle-même, alors qu’elle gardait un masque impassible tandis que chacun s’efforçait de maîtriser ses émotions. ♫

♫ Pendant ce temps, au Palais des Congrès, l’assemblée s’était calmée et tous les invités avaient rejoint leurs tables. Le gros de l’alerte étant passé, chacun se sentait à nouveau en sécurité.

♫ Pendant ce temps, dans le centre tactique de l’Harbinger, toute la délégation Magna Corp (soit quelque 20 personnes) attendait l’arrivée imminente du véritable Patriarche en buvant quelques boissons. L’équipage avait prévu les choses en grand, démontrant leur parfaite préparation : amuse-gueules, thé, jus de fruits frais, champagne, vin rouge, rosé, ou blanc et tout un assortiment de spiritueux haut de gamme. Un repas gastronomique leur serait également servi sous peu.

♫ Dans le fond de la pièce, ce fut Clive qui ouvrit le bal dès que le robot le plus proche commença à lever son bras armé. Clive fit se lever Tanya, la libérant ainsi, et envoya la chaise sur laquelle elle était assise à une vitesse ahurissante sur le robot le plus proche.

♫ Lorsqu’ils eurent fini de détruire les derniers robots, une troupe de soldats en exosquelettes de combat entra au pas de course dans la salle. Hélas, ils arrivaient après la bataille (même s’ils avaient éliminé nombre de robots dans les couloirs). Ils sécurisèrent le périmètre tandis qu’une autre équipe arrivait avec des canons a régénération cellulaire et des générateurs dorsaux pour soigner les blessés le plus rapidement possible.

Partager l'article

Laisser un commentaire