Français, expatrié à Hong Kong, auteur de la série : Hégémonie Galactique.

Une grande partie de la galaxie est maintenant réalisée, avec près de 700 systèmes solaires, stations spatiales, nébuleuses + des systèmes inhabitables. Voici déjà un premier aperçu centré sur notre Système solaire, dont le système Rovus est à 13 années-lumière.

L’image de la carte pointe vers une version PDF vectorielle de la carte, et qui permet, en jouant avec les calques, d’afficher/cacher différents types d’éléments (pour plus de lisibilité). Pour visualiser la carte correctement, il faut utiliser Adobe Reader (notamment pour profiter des calques). La carte est sous copyright (00066920-1).

Vous retrouvez les différents territoires protégés des 7 espèces qui siègent au Protectorat. Vous avez celui des Xanthariens (en bleu), celui des humains (en rouge), des Vlas’ue (en vert), des Cardonniens (en jaune), des Veeltiens (en bleu ciel), des Tamalides (en rose), et des Sandariens (en orange).

Les quelques systèmes avec un. point blanc sont des systèmes de planètes qui sont pour l’instant en dehors du réseau de transport par trou de ver, et ils n’ont donc pas encore été nommés officiellement. Lorsqu’ils seront officiellement sous “la protection” d’une entité connue (l’une des 7 espèces dominantes, une méga-corporation, un groupe neutre, etc…), ils seront nommés sur la carte. Pour l’instant, ces systèmes ne sont nommés que par des suites de lettres et de chiffres. Pour alléger la carte, ces mentions ne sont pas encore nommées. L’avancée des romans et ce que nous découvriront de l’univers m’amèneront à mettre cette carte à jour. Certaines choses très intéressantes doivent d’ailleurs se passer sur ces systèmes sans nom, mais les temps de voyage pour les atteindre sont très longs, or du réseau de transport par trou de ver. Bref, de belles explorations et complots à venir dans certains de ces systèmes…

Hégémonie Galactique, carte PDF Vectorielle de la galaxie, par Nicolas MEURILLON
Hégémonie Galactique, carte PDF Vectorielle de la galaxie, par Nicolas MEURILLON