Français, expatrié à Hong Kong, auteur de la série : Hégémonie Galactique.

La chronique d’un lecteur sur Hégémonie Galactique, tome 1.

La chronique d’un lecteur sur Hégémonie Galactique, tome 1.

J’ai récemment eu la chance d’avoir un de mes premiers lecteurs me donner une critique très construite de mon roman. Du coup je lui ai proposé de publier cela sous forme d’une petite chronique. Ne sachant pas comment lui permettre de créer un post sur mon blog, vous trouverez sa chronique en commentaire ci-dessous (tout en bas de cette page). Vous avez également le lien vers son témoignage ici.

Merci à vous, Jean-François.

Partager l'article

Cet article a 3 commentaires

  1. Jean-François Space Encounter

    Les valkyries sont plus réelles qu’on ne le croit :

    Surprise ! Lors de l’analyse d’ossements retrouvés dans 14 sépultures de guerriers vikings enterrés avec armes et bagages dans l’est de l’Angleterre aux IX ème et X ème siècles : 6 des squelettes sont féminins, contre 7 masculins et un indéterminé. Ce ratio remet en cause deux théories sur les invasions scandinaves. D’abord, la prépondérance supposée des hommes parmi les envahisseurs : selon le chercheur australien Shane McLeod, principal auteur de l’étude, il semble bien que les femmes ont accompagné leurs compagnons dans le cadre d’une véritable entreprise de colonisation, différente de simples pillages. Ensuite, les femmes si l’on en croit le contenu des tombes, ne restaient pas au camp à faire la popote, comme on le supposait. Elles combattaient à armes égales. Ce qui donne du corps aux villes légendes nordiques, riche en héroïnes blindées et autres déesses ailées.

    Tiré d’un entrefilet de Guerre et Histoire n° 34 – décembre 2016

    Voilà de quoi authentifier et affirmer un peu plus, s’il en était besoin, la stature de Tanya.

    Jean-François

  2. Nicolas Meurillon

    Merci beaucoup, Jean-François. J’apprécie beaucoup votre très élogieuse analyse, et ravi de savoir que le premier tome vous a plu.

    Du coup j’en profite pour vous répondre, ainsi qu’aux autres lecteurs se posant les mêmes questions : oui, le tome 2 nous emmènera sur au moins une autre planète, donc il y aura au moins un voyage spatial à la clé (y aura-t-il un retour, par contre… suspens). Et il y a aura sans doute un combat spatial d’envergure. Enfin, en ce qui concerne les personnages, je préfère que le lecteur les découvre dans leur complexité au fur et à mesure, pour ne pas trop empiéter sur l’histoire mais aussi permettre au lecteur d’être parfois surpris par certains aspects de personnages qu’il n’avait pas imaginé ainsi. Mais je comprends tout à fait votre point de vue.

  3. Jean-François Space Encounter

    Tout d’abord, disons-le franchement, je suis loin d’avoir l’étoffe d’un critique littéraire. Tout au plus, suis-je un impénitent lecteur aux goûts fort éclectiques. J’ai eu le privilège de découvrir, parmi les premiers (je pense), l’ouvrage de Nicolas MEURILLON. Comme j’aime beaucoup la SF, j’avoue avoir déjà dévoré un certain nombre de sagas renommées, d’autres moins connues, la plupart du temps avec plaisir, même s’il m’arrive de ne pas aimer certains récits pourtant plébiscités et primés. Affaire de goûts.

    C’est donc avec une approche curieuse mais bienveillante que j’ai abordé le thriller de Nicolas MEURILLON. Au terme de ma lecture de ce premier tome, voici ce que j’en retire :

    Nous avons affaire à une intrigue complexe, incisive, savamment construite et aux descriptions chirurgicales.

    Nicolas MEURILLON nous plonge dans un univers futuriste, avec une société culturelle à tendance russe (du moins sur les planètes du système Rovus). Je dis bien à tendance, car les personnages de la famille Patrova ont toujours été des précurseurs très cosmopolites, donc ne vous attendez pas à retrouver tous les lieux communs/clichés des héritages slaves. Malgré tout, si vous êtes connaisseurs de la saga Miles Vorkossigan (écrit par Lois MCMASTER BUJOLD), vous ne serez pas trop dépaysés et y retrouverez une certaine analogie d’environnement et de situations.

    Le côté politique n’a pas été oublié. Il est même truffé de situations aussi sournoises que machiavéliques. Ce n’est pas sans rappeler les coups tordus des “forces de défenses coloniales” de la série “le vieil homme et la guerre” de John SCALZI. Rien que cet aspect de l’intrigue, c’est “retors vers le futur” !

    L’auteur est dans l’air du temps : il suit le courant féministe actuel. Son héroïne, aussi survitaminée qu’impitoyable, en remontre intellectuellement et physiquement à toute une horde de gros balaises gavés de testostérone. Cela est amené de manière assez jouissive et un brin sadique. Messieurs, nous en prenons pour notre grade. J’en ai encore mal pour eux. Comme diraient certaines marionnettes bien connues : Tanya “est sévèrement burnée”.

    Pour l’instant, les amateurs de space-opéra seront peut-être un peu frustrés, car dans ce premier opus il n’y a pas d’affrontements spatiaux comme dans la guerre des étoiles ou dans la saga Honor Harrington. Mais cela viendra sûrement par la suite (d’autant que certains conflits spatiaux passés sont évoqués).

    Ajoutez-y une dose d’humour “blague à froid” ou “pince sans rire”, un zeste léger d’érotisme de bon aloi et vous aurez une bonne idée du contenu de ce roman.

    J’émettrai cependant une petite critique (il le faut bien) ; je trouve pour ma part que les personnages manquent encore un peu de profondeur d’âme. Néanmoins, ils sont attachants et on se les accapare très facilement. L’auteur semble révéler peu à peu ses personnages, comme Clive, qui est une bonne surprise, mais qu’on ne commence à comprendre qu’après la moitié du roman.

    En conclusion, commettre un tel pavé et d’une si honnête qualité comme premier livre, moi je dis : WÔW ! ; o)
    Bien sûr, l’œuvre est encore perfectible mais la base en est très solide. Je gage que Nicolas MEURILLON saura rencontrer son public (ainsi qu’un éditeur éclairé), être reconnu et couronné de succès.

    Pour l’anecdote, le roman est vraiment prenant ; j’ai failli par deux fois manquer une correspondance dans les transports, tellement j’avais le nez dans le livre. Je ne vous cache pas attendre la suite avec une certaine impatience.

    En espérant avoir pu vous éclairer, je vous souhaite une bonne lecture.

Laisser un commentaire